Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
A. Montréal

A. Montréal

De la Bretagne au Québec, installée à Montréal depuis 2008...

Ne meurs pas tout de suite, on nous regarde.

 

 

Vendredi dernier, un billet pour le spectacle “ Ne meurs pas tout de suite, on nous regarde” m’attendait à la table de presse, au Monument National.  (gros MERCI à M., elle se reconnaitra ;-))

 

J’adore la danse. J’adore danser. Mais la danse moderne ou contemporaine, j’avoue, je ne la  comprends pas, souvent trop expérimentale ou conceptuelle ! Il faut dire aussi que je n’y connais rien dans ces 2 domaines !

 

Les spectateurs sont plongés dans l’univers des 2 danseurs avant même le début du spectacle... installés, sur 2 chaises de camping, Manuel Roque et Lucie Vigneault, les 2 interprètes, gonflent des ballons de toutes les couleurs... Le ton est donné !

 

 DSCN1772

 

Puis, on part pour un voyage à la fois coloré, enfantin, décalé, déroutant, perturbant... J’aime et je n’aime pas. J’interprète à ma façon, je ne comprends pas tout.

 

Sérieusement, un danseur qui saute pendant 10 minutes avec toute son énergie, c’est déroutant. Une fille qui joue avec des ballons aussi. Voir les 2 personnages s’engueuler, s’aimer, se chercher, c’est déstabilisant !

 

Je ne suis pas critique de spectacles, je ne sais pas comment parler de celui-là !

 

En tout cas, même si certains passages m’ont paru longs, je me suis surprise à beaucoup aimer l’ensemble ! J’ai ri, j’ai réfléchi, j’ai aimé !

 

A la fin du spectacle, les 2 danseurs sont venus parler avec le public. Manuel Roque, le chorégraphe, a expliqué sa démarche artistique. C’était très intéressant ! Cela permet aussi de comprendre le spectacle, le “pourquoi du comment”, et d’apprécier encore plus la performance !

 


DSCN1767

 

Bref.

Oui, j’ai aimé un spectacle de danse contemporaine !

 

“Ne meurs pas tout de suite, on nous regarde”
de Manuel Roque, avec Manuel Roque et Lucie Vigneault.


Une présentation de Tangente




Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article