Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
A. Montréal

A. Montréal

De la Bretagne au Québec, installée à Montréal depuis 2008...

Autopsie d’un retour, Part.II

 

Dans l’épisode précédent :

J’ai profité d’un surbooking d’Air France et "gagné  800" € sur un prochain vol.

Voir l’épisode complet ICI.


------

Me voilà donc sortie des douanes et j’ai récupéré mon énorme bagage.

 

Personne ne m’attend.

L’aéroport n’est pas grand et je commence à bien le connaître. Je me dirige directement vers le guichet automatique, retire des $ (merci les 3$ de frais :s) et je recharge ma carte de transport.

 

La navette qui relie l’aéroport au centre-ville est vraiment pratique, je me demande encore pourquoi cette liaison n’a pas été mise en place avant*.

 

16h30 – Heure de pointe - Youhou, il fait encore jour !


Je suis dans la file pour le bus.


Celui stationné est bondé et part avec ses voyageurs… ça m’arrange, je vais avoir une place assise en entrant dans le prochain, qui attendait derrière !

 

C’est un bus normal, sans les aménagements pour ranger les bagages. Il y a peut-être plus de places assises. Le bus se remplit vite, les places sont prises d’assaut.

 

Les valises et sacs encombrent rapidement l’allée centrale mais le gars qui gère le monde à l’entrée du bus continue à en faire monter… Je me dis qu’il serait temps qu’il arrête, le bus commence à être bien plein.

Non, le gars continue et faire rentrer une vieille anglaise qui n’a pas payé son billet... Là, elle dit qu’elle ne savait pas où acheter son ticket. Coincée au milieu du bus, c’est le gars qui l’a fait monter qui va lui acheter son billet à l’intérieur de l’aéroport !

 

On a donc patienté pour pouvoir partir... J’aurai dû me douter que c’était un mauvais présage !

 

Enfin, le bus démarre ! Direction le centre-ville !

 

Il n’y a presque pas de neige mais les fenêtres du bus sont sales, on ne voit pas grand-chose. Avec la nuit qui tombe, il est difficile de distinguer ce qui se passe dehors. Je m’en fous un peu, je vais au terminus, je n’ai pas à me soucier du trajet comme ceux qui descendent avant !

 

Ce bus est en fait une navette. Il y a peu d’arrêts. Le premier est au métro Lionel Groulx et ensuite il y a 10 arrêts avant d’arriver à la gare d’autobus, au niveau de la station Berri-Uqam.

 

On prend l’autoroute et après quelques minutes, on prend une sortie pour se retrouver en ville.

Le premier arrêt, Lionel Groulx, n’est pas loin.


On roule, on roule, on roule mais on ne s’arrête pas.

On roule, on roule, on roule, on ne s’arrête toujours pas !!! Les gens commencent à se poser des questions, se regardent, s’interrogent.

 

“On est pas censé s’arrêter à Lionel Groulx “

“Oui”

“On l’a passé depuis un moment cet arrêt”

 

Regards incrédules qui circulent dans le bus. L’agitation gagne du terrain, les gens se parlent, ne comprennent pas.

 

À plusieurs reprises, des personnes vont voir le chauffeur.... Mais honnêtement, je n’ai aucune idée de la réponse qu’il a donnée, il continue de rouler.

Personne ne descend, le bus poursuit sa route !

 

Puis, là, la vieille folle anglaise demande à son voisin où il faut descendre pour rejoindre la place des arts.

 

Premier arrêt... On est au niveau de la rue Guy Concordia !!!

C’est officiel, Lionel Groulx est derrière nous, on a manqué l’arrêt ! Les gens commencent à se faire une raison, ils devront faire un voyage supplémentaire à Berri.

En même temps, je me dis que personne n’a demandé l’arrêt... le gars n’était pas censé s’arrêter.  

Tentative de réponse rationnelle...

 

On continue la route.

On continue aussi à s’arrêter à tous les coins de rue.

À n’y rien comprendre. Il n’est pas censé s’arrêter autant. Il ne redémarre pas quand le feu est vert, on a donc droit à une attente prolongée. Après tout, après 8h de voyage, on n’est plus à 2 minutes près !

 

La vieille folle continue de demander où elle doit s’arrêter (en anglais évidemment). Son charmant voisin lui répète gentiment, et lui dit qu’il lui fera signe quand descendre.

 

On continue, on se rapproche tranquillement du terminus.

On fait encore tous les arrêts, quelques personnes montent, d’autres descendent, excédées.

 

La criss’de vieille folle anglaise continue de demander où descendre....

Pu/$%? c’est quoi son problème ????

 

On continue.

On s’arrête à tous les coins de rue.

 

On continue.

On arrive au niveau du Complexe Desjardins et donc au niveau de la Place des Arts.

Le gars dit à la vieille de descendre au prochain arrêt.

 

Prochain arrêt. La vieille ne bouge pas.

 

Madame, c’est là qu’il faut descendre.

MADAME, faut descendre là !!!!!!!!!!!!!

On s’est mis à 2 pour qu’elle réagisse !!!! Du coup, elle a failli rater l’arrêt tellement elle était à côté de la plaque !!!

 

Bref !

 

On est maintenant à 5 minutes du terminus. La fin du voyage approche, je ne rêve que d’une bonne douche !

 

On arrive maintenant au croisement René-Lévesque/St-Denis (croix jaune sur le petit schéma ci-dessous), il ne reste plus qu’à remonter sur Berri, youpi

 

Mais là, le bus, au lieu de tourner à gauche.... tourne... à droite et fonce vers l’autoroute Ville-Marie !!!


Panique à bord !!!

 

On se regarde un quart de seconde, incrédule.

Une fille avec qui j’étais dans l’avion qui a été surbookée aussi va voir le chauffeur....

On commence à rire...

 

Elle revient à sa place.

Le chauffeur s’est trompé, il a oublié de s’arrêter à Lionel Groulx.... (ben non, on avait à peine remarqué et on lui a à peine dit !!!)

...

Il retourne à Lionel Groulx !!!! On était à 2 coins de rue du terminus !!!!

 

Je me marre, vraiment.

D’ailleurs, je me marre encore en écrivant ces lignes ! 

Je ris de bon coeur, parce que la situation est complètement absurde, parce que de toute façon, le bus que je dois prendre ensuite est 30 minutes plus tard.

Je vous laisse donc imaginer les passagers dans le bus, on était tous morts de rire !

 

Ceux qui devaient descendre à Lionel Groulx sont finalement bien contents !

Après quelques minutes d’autoroute, arrivé du bus au métro, il se vide. On est revenu au premier arrêt de la navette !

 

Et on repart vers le terminus !

Il est 17h40. (Rappel  on est parti à 16h30, le trajet variant de 40 minutes à 1h normalement !)

 

Vu qu’on a mis seulement, genre, 5 minutes pour revenir au quasi point de départ via l’autoroute, je me dis qu’on sera vite revenu au terminus, parfaite concordance avec mon bus !

 

Mais.

Ben oui, ça serait trop simple.

 

Le bus ne reprend pas l’autoroute. Il repasse par les rues encombrées de la ville, voitures et feux de circulation ! Après réflexion, je pense qu’on ne peut pas prendre l’autoroute à ce niveau.

 

On est plus qu’une dizaine dans le bus. Toujours en train de se marrer de la situation !

 

On arrive sur la rue Ste-Catherine. Je commence à regarder ma montre.

Le bus qui me ramène chez moi est à 18h03. Il passe aux 35 minutes. Pas envie d’attendre encore 35 minutes après ce road trip !

 

Il est 17h45. 17h50. 17h55.

On arrive tranquillement à Berri. Je vais rater mon bus, c’est certain !

 

Le bus arrive au croisement Ste-Catherine/Berri.

Sur Berri, MON bus ARRIVE ! NAAAAAAAAAAAAAAAAN je vais le louper !

 

Et pour une fois depuis le départ de l’aéroport, la chance est avec moi ! Le feu passe au vert pour la navette et au rouge pour mon bus ! Ouf !

 

J’avise le chauffeur que c’est mon bus qui le talonne et le chauffeur me dit qu’il va le retenir pour pas qu’il parte ! Finalement, il n’aura pas besoin de le faire ! Je sors en vitesse de la navette et je cours vers l’autre bus ! Sauvée !

 

En sortant de la navette, le chauffeur s’excuse pour le retard et m’informe que c’est son premier jour  ! Sans aucune rancune Monsieur, j’ai bien rigolé ! ;-)

 

Installée dans le bus, moi et mes 40 kg de bagages, on peut enfin souffler  ! La fin du voyage est proche !... C’est sans compter sur cet autre chauffeur de bus....

 

Ben oui !

Bon, cette fois, je vais la faire courte ! Surtout qu'au final, ça n'a pas eu d'incidence sur ce dernier trajet !


Une dame monte dans le bus et doit se rendre du côté de Acadie, je crois. Elle demande conseil au chauffeur qui lui dit de descendre à Jean Talon. Après réflexion, 5 minutes plus tard, il lui dit finalement qu’elle pourrait prendre un bus sur Beaubien.

 

Le bus arrive à l’intersection Beaubien. Le chauffeur s’arrête... descend du bus, va de l’autre côté de la rue pour aller voir si son collègue arrive !!!! Pas de bus en vue, il repart en disant à la dame qu’il y a un autre bus sur Jean Talon  qui pourra l’emmener aussi.

 

Le bus arrive à l’intersection Jean Talon. L’autre bus nous passe devant, il a une longueur d’avance, feux de circulation obligent ! Le bus repart, rattrape l’autre bus et klaxonne à n’en plus finir pour lui signaler d’attendre !!!!

Heureusement l’autre bus a entendu son collègue, se gare le long du trottoir, attend sagement que la dame sorte de notre bus et court le rejoindre ! Et nos 2 bus repartent vers leur destinée !

Je n’ai jamais vu un chauffeur aussi dévoué ! Ce chauffeur, il aime son boulot, ça se voit et c’est très agréable !

 

18h40 environ.

Enfin chez moi !

 

Fin du voyage :)

 

747.JPG

En rouge : tout le trajet qu'on a fait !!!

 

* Elle existe depuis fin mars 2010.

 

 

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article

Nathalie 29/01/2012 18:32


C'est tellement drôle !!! Heureusement, qu'on est à Mtl - où la vie est plus cool - et pas à Paris, sinon le chauffeur du bus se serait fait massacrer ! Merci pour ce bon moment de
lecture Anne !

A. 29/01/2012 18:50



Contente que tu aies aimé cette histoire,j'ai trouvé drôle de l'écrire aussi !!!



Audrey und Nicolas 26/01/2012 23:07


AAAAAHHHHAAAAAA :'D 


j'ai ri !!! Quelle aventure !!! 


On est loin de l'inhumanité du RER B. Et au final c'est une histoire mémorable.


Paroles de parisiens ! :')

A. 29/01/2012 18:49



Oh oui, j'imagine mal ce genre de situation en France !



Cynthia 26/01/2012 11:32


Je te trouve très zen! Comme mes parents habitent vraiment dans l'est de l'île je ne suis vraiment pas prête à prendre cette navette ça me prendrait au moins deux heures et ça seulement si le
chauffeur ne se trompe pas de trajet ;)

A. 29/01/2012 18:48



Ben oui, c'était drôle pas de quoi s'énerver ! D'ailleurs, vu que personne ne s'est énervé je pense que ca a joué sur l'humeur de tous les passagers !


C'est sur que faut compter entre 30 min et 1h au départ de Berri, pas pratique pour tout le monde !



Patrick 26/01/2012 07:30


c'est tres amusant, c'est le genre d'info que j'utilise pour avertir mes clients ( je travaille dans un hotel au centre ville) quand ils me demandent ou prendre le 747  pour Dorval. Je leur
dit souvent que c'est pas cher comparé au Taxi mais il ne faut pas etre trop préssé.

A. 29/01/2012 18:46



C'est la 1ère fois que ce genre de trucs m'arrive !
Généralement, ca va bien ! En heure de pointe c'est long ! mais sinon, pourquoi s'embeter à payer un taxi ? (surtout quand on voyage seul, à 2 c'est sur que le taxi c'est rentable ;-)) 



Florian 26/01/2012 03:33


MDR !!!


 


Mais personne n'a été voir le chauffeur pour dire que Lionel Groulx venait d'être dépassé ???


Le pire, c'est d'y retourner presque arrivé à destination... c'est pas malin pour ceux qui le prennent dans l'autre sens également

A. 29/01/2012 18:45



Si si, plusieurs personnes sont allées le voir et même plusieurs fois !!!! C'est juste qu'il a pas compris, pas réagi....


Ouais, ca été ca le pire ! il aurait pu nous poser et retourner emmener les autres !